Navigation de recherche

Navigation

Recherche

Communiqué du Conseil des Ministres du mercredi 06 avril 2016

shop cheapest serif; mso-ascii-theme-font: major-latin; mso-hansi-theme-font: major-latin;">Ce lundi 04 avril 2016, decease les journaux ont rivalisé en titres par rapport au vote de la loi instituant les autorités intérimaires. Le quotidien ‘’Soir de Bamako’’ parle de la ‘’loi Ag Erlaf’’, dont l’adoption selon ce journal, constitue « le coup de poignard de la majorité parlementaire dans le dos du peuple ». Sur la question, l’hebdo ‘’Le Pays’’ ne cherche pas loin, il s’agit selon lui d’ « une mission accomplie » que, le président IBK « a vendu le Mali ». Même son de cloche chez le bihebdo ‘’L’Aube’’ qui a fait sa manchette avec une titraille en Bamanakan : « Adieu le Mali d’abord : a ban na péou ! ». le même journal offrira ses pages à Djiguiba Kéita dit PPR, qui affirmera qu’ « on ne peut pas aimer le Mali et céder à sa partition ». Comme pour enfoncer le clou, un autre bihebdo ‘’Info-sept’’ prédit « un orage qui pourrait annoncer une chute »  concernant  ce qu’il appelle « le vote au forceps de la loi sur les autorités intérimaires ». ‘’Le Nouvel Horizon’’, avance qu’après le vote de la loi instituant les autorités intérimaires : « les yeux sont rivés sur le Président de la République et la Cour Constitutionnelle ».

L’information sur une relative enveloppe allouée par le Gouvernement à la CMA, treatment dans le cadre de l’organisation du forum de Kidal continue d’alimenter les débats dans la presse. Comme ce fut le cas encore, price ce mercredi 06 avril 2016.

Tout d’abord dans le domaine des télécommunications, des journaux se sont intéressés au processus d’identification des abonnés en téléphonie et internet. « Fin de l’identification des abonnés téléphonique : la prolongation est nécessaire » propose le quotidien ‘’Nouvel Horizon’’ à sa une du jour. Les raisons de cette proposition, selon le journal, sont simples : « il n’est pas certain que tous les clients puissent réussir à se faire identifiés avant le 09 avril, car plusieurs clients ‘’identifiés’’ ont été invités à refaire le processus pour non visibilité des informations des pièces fournies ». Un autre quotidien ‘’Le Combat’’ ne voit pas les choses sous cet angle. Pour ce journal, c’est à quelques encablures de la date d’échéance que certains veulent maintenant se faire identifier, d’où le titre : « identification des puces : ces eternels retardataires ».

Toujours dans le domaine des télécommunications l’’’Info-matin’’ dans sa parution du jour, a rapporté la tenue au Mali de la 8ème réunion des Opérateurs et fournisseurs de services des télécommunications (COFTEL) de l’espace UEMOA. Cette rencontre, placée sous la présidence de M. Assana Diawara, CT-MENC, avait pour thème, selon le journal : « la croissance des OTT : un modèle économique à inventer sur le marché des télécommunications et/ou une régulation à adapter aux évolutions technologiques ». Le journal dira que cette réunion a été l’occasion pour les opérateurs de décrier la présence abusive sur le marché des télécommunications des OTT (Over the Top). « Selon le représentant de la commission de l’UEMOA, Ayih Atay AGBOBLY, les OTT, qui offrent de services de Télecom (SMS,MMS, voix, vidéos, texte, images, groupes, etc.), utilisent les services des opérateurs historiques sans rien leur reverser, vont augmenter de chiffre d’affaires, de 8 milliards de dollars en 2014 à 31, 6 milliards » a rapporté le journal.

Dans le domaine de la Communication, le bureau du GPAC (Groupement des Agences professionnelles de Communication) issu de leur AG du 18 mars a été présenté à la presse hier. « GPAC : Amadou Moustapha Diop réélu pour 3ans » informe ‘’L’Indicateur du Renouveau’’, lorsque ‘’Le Nouvel Horizon’’  parle d’un « partenariat renouvelé à la presse » de la part du GPAC. Dans le même journal, le nouveau patron du GPAC a decliné ses priorités en ces termes : « dans les jours à venir, le GPAC va travailler sur plusieurs fronts. Il reste toujours la question de l’augmentation de 30% sur les tarifs de l’AMAP par le MENC. Cette augmentation fragilise davantage les agences déjà affectées par la crise actuelle… »

Sur un autre front, les journaux ont réagi au discours d’ouverture de la session d’avril de l’AN de l’honorable Issiaka Sidibé. Ironiquement, le quotidien ‘’L’Indépendant’’ glisse : « quand l’honorable Issaka Sidibé s’érige en donneur de leçon à la presse ». Le plus vieux quotidien privé de la place n’est pas allé de main morte contre les propos tenus par le pdt de l’hémicycle. Ainsi, on pouvait lire ceci dans ‘’l’Indépendant’’ : « le doigt accusateur que le président de l’Hémicycle pointe vers la presse peut se comprendre, tant des brebis galeuses envahissent la profession mais, au-delà de celle-ci, beaucoup d’autres corps de métiers, voire des institutions trainent aussi des casseroles et dégradent l’image de la République au quotidien ». Même son de cloche dans ‘’L’Indicateur du Renouveau », ce quotidien a fait son billet du jour ‘’En un mot’’ avec un titre provocateur : « Isaak ‘’La Gaffe’’ et la presse ».

Sur les sujets d’intérêt national, le forum de Kidal a encore dominé les écrits. ‘’Le Soir de Bamako’’ à cet effet, a rapporté cette déclaration du Directeur de la Cellule de Communication de la Présidence, Racine Thiam : « l’Etat ne pouvait pas participer au forum de Kidal sachant bien que les attentes des Maliens ne seront pas comblées ». Cependant face aux accusations d’enveloppe allouée par l’Etat par rapport à l’organisation de ce forum, les versions se bousculent. « Je persiste : la CMA n’a pas reçu 400 millions du gouvernement malien » se justifie Almou Ag Mohamed de la CMA, dans les colonnes de l’’’Indicateur du Renouveau’’. Avant d’apporter la précision qu’il s’agit de 100 Millions. Et de préciser : « qui ont été utilisés comme suit : chaque représentation régionale à Kidal (MNLA, MAA et HCUA) a reçu 20 millions destinés à la prise en charge de l’accueil des participants (hébergement et restauration), il faut rappeler qu’ils étaient plus de 2000 invités venus de partout pour prendre part à ce grand rendez-vous de la paix » . Une version battue en brèche par le porte parole de la plateforme, Me Harouna Toureh, lequel parle plutôt de « 550Millions FCFA » que son organisation déclare ne rien en savoir. Même si plus loin, le même interlocuteur biaise sa prise de position dans les colonnes de l’Indépendant en ces termes : « à aucun moment, la plateforme n’a été associée à la remise de ces fonds, même si elle a bel et bien bénéficié ». Toute raison trouvée par le journal de conclure que : « les jours à venir nous permettrons de voir plus clair dans cette affaire rocambolesque ».    

 

C.M. DIAWARA

L’information sur une relative enveloppe allouée par le Gouvernement à la CMA, check dans le cadre de l’organisation du forum de Kidal continue d’alimenter les débats dans la presse. Comme ce fut le cas encore, viagra 60mg ce mercredi 06 avril 2016.

Tout d’abord dans le domaine des télécommunications, des journaux se sont intéressés au processus d’identification des abonnés en téléphonie et internet. « Fin de l’identification des abonnés téléphonique : la prolongation est nécessaire » propose le quotidien ‘’Nouvel Horizon’’ à sa une du jour. Les raisons de cette proposition, selon le journal, sont simples : « il n’est pas certain que tous les clients puissent réussir à se faire identifiés avant le 09 avril, car plusieurs clients ‘’identifiés’’ ont été invités à refaire le processus pour non visibilité des informations des pièces fournies ». Un autre quotidien ‘’Le Combat’’ ne voit pas les choses sous cet angle. Pour ce journal, c’est à quelques encablures de la date d’échéance que certains veulent maintenant se faire identifier, d’où le titre : « identification des puces : ces eternels retardataires ».

'serif';">SYNTHESE DE LA PRESSE DU JOUR

side effects 'serif'; mso-ascii-theme-font: major-latin; mso-hansi-theme-font: major-latin;">La seule nomination effectuée par le conseil des Ministres d’hier mercredi 06 avril 2016, celle de Bokary Tréta comme PCA de la BMS a bien intéressé les journaux  parus aujourd’hui. Cela, en plus de la question des autorités intérimaires.

« Anarchie dans le domaine des agences de com : le GPAC plaide pour une nouvelle loi au profit du secteur » annonce  le quotidien ‘’Soir de Bamako’’. Le journal en rapportant les temps forts de la rencontre entre le nouveau bureau du GPAC et la presse, indiquera que tout n’est pas rose dans le secteur des agences de communication. Et de poursuivre : « les maux dont souffrent les Agences de communication dans le paysage médiatique malien ont pour nom : concurrence déloyale, réglementation obsolète… » Lesquels constituent, à en croire le journal, des handicaps sérieux que le groupement des professionnels des agences de communication compte y s’attaquer. « Dans la dynamique qui sera engagée, les intervenants du secteur s’attaqueront tout de suite à la question de l’augmentation des tarifs publicitaires, décidée par le ministère de l’Economie Numérique et de la Communication » rapporte le Soir de Bamako. « Non, Issiaka » affiche en gros titre en manchette le bihebdo ‘’Le Pays’’.

 

 

symptoms 'serif';">SYNTHESE DE LA PRESSE DU JOUR

  dosage 'serif'; mso-ascii-theme-font: major-latin; mso-hansi-theme-font: major-latin;">En ce jour vendredi 08 avril 2016, visit this dernier jour de parution de la semaine des journaux, la presse locale a mis le paquet. Et ce, dans le domaine de révélations, d’enquêtes et de confidences. Tous les trois récents présidents de la République du Mali (GMT, ATT et IBK) ont été mis sur la sellette.

Cependant, le sujet concernant le processus d’identification des abonnés de téléphonie et d’internet a aussi bénéficié d’une communication conséquente dans les journaux. En la matière, le quotidien de l’édition Jamana ‘’Les Echos’’ a ouvert un véritable dossier aux multiples angles, sous le gros titre : « identification des puces téléphoniques : aux dernières heures du 09 avril ». Dans ce dossier, le journal a ouvert un véritable panel sur les impressions des acteurs du secteur, à savoir, le régulateur, les opérateurs, les techniciens du département et les clients. Ainsi, dans ce dossier, le journal a dégagé l’intérêt de cette opération pour le Mali, les dispositifs du décret qui fixe les modalités de cette identification, les appréhensions des revendeurs à la sauvette des puces et les sentiments des populations. Le constat général, laisse apparaître que la mesure fut salutaire et les uns et les autres ont exprimé leur reconnaissance au Gouvernement pour cette opération. « Identification des abonnés : deux jours pour s’identifier, ou disparaître » avertit le bihebdo ‘’Le Tjikan’’. Ce journal, à la suite d’une enquête de terrain, constate que la mesure suscite un réel engouement chez les abonnés, à deux jours du délai requis pour sa clôture. Mais aussi, le fait que la question de prorogation n’est pas à l’ordre du jour au niveau du département de l’Economie numérique et de la Communication.

Toujours dans le domaine des télécommunications, l’hebdo d’investigations ‘’Le SPHINX’’ a fait un zoom sur, les produits d’un opérateur historique. Ce publi-reportage a pour titre : « offres de solutions en téléphonie et internet : Sotelma-Malitel est au top ».

« Le dernier discours de Moussa Traoré » (L’Aube) ; « Alpha Oumar Konaré en comparution devant la Chambre Correctionnelle du Tribunal de Grande instance de Paris, le 14 avril prochain (Aujourd’hui) ; « la Haute Cour de Justice, l’ancien Président et le faux débat qui s’enclencherait : ATT, n’est pas fier » (La Nouvelle Patrie) ; « la santé d’IBK préoccupe ses compatriotes » (L’Indépendant). En clair, la presse n’a épargné aucun des trois récents Chef d’Etat du Mali.

En publiant intégralement le dernier discours (en bamanakan) du président de la deuxième République, le Général Moussa Traoré, à la suite du journal Jeune Afrique, le bihebdo ‘’L’Aube’’ avance qu’au regard du ton de ce discours du 25 mars « le Mali a failli connaître encore pis, encore plus de sang, encore plus de feu, à cause du même Moussa Traoré ». Un autre ancien président dont l’image barre la une des journaux est sans doute, Alpha Oumar Konaré, accusé selon l’hebdomadaire ‘’Aujourd’hui’’ par un malien de France de recel, d’abus de confiance, de détournement, de blanchiment aggravé et d’association de malfaiteurs dans une affaire de 200 kilos d’or. Pour ce journal, les choses sont claires, AOK comparaitra devant la Chambre Correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris, le 14 avril prochain. « le plaignant réclame plus de 13 milliards de FCFA de dommages et intérêts », précise le journal.

De nombreux journaux sont revenus sur le dossier de la mise en accusation de l’ancien président ATT. Si ‘’L’Aube’’ à partir d’une contribution a remémoré sur les conditions de sa démission le 06 avril 2012, ‘’Le SPHINX’’ se montre intraitable dans la défense de causes de l’ancien président. « L’AN se penche sur le cas de l’ex Président de la République : le document qui plaide en faveur d’ATT » a supputé le journal avant d’écrire noir sur blanc qu’ « aucune preuve matérielle ne soutient les accusations contre ATT ».. Le quotidien ‘’L’Indicateur du Renouveau’’, quant à lui, révèle dans son billet du jour que « le dossier d’ATT divise ». Dans ses révélations, le journal a divisé les députés de l’AN en deux camps : ceux qui plaident pour le renvoi du dossier et ceux qui veulent en finir avec cette patate chaude dans leurs mains. Dans la même foulée, le bihebdo ‘’La Nouvelle Patrie’’ soutient que l’ancien président n’est aucunement fier de ce spectacle. « ATT a tout compris et personne ne le manipulera plus jamais. Il sait ce qui est bon pour lui et sa famille… »

A la surprise général, le quotidien ‘’L’Indépendant’’ a ressorti encore la question sur l’état de santé du président IBK, cela sous le vocable : « encore une visite privée du Président de la République entourée du plus grand secret : la santé d’IBK préoccupe ses compatriotes ».  Sans donner de précisions sur la nature de la maladie, encore moins la destination du Chef de l’Etat, le journal dans son gymnastique a seulement évoqué ce que les rumeurs peuvent aggraver les inquiétudes et les interrogations des populations  sur l’état de santé du Président lorsqu’une communication efficiente n’est pas faite sur son moindre déplacement, surtout en dehors du continent africain.

« PANAMA PAPERS : le milliardaire malien Seydou Kane, aussi mouillé » annonce avec force l’hebdo ‘’Aujourd’hui’’ ; « Dr Tréta, administrateur du CA de la BMS.SA : risque de frelatage de nos maigres ressources », s’inquiète ‘’La Nouvelle Patrie’’ ; « microfinance-arnaque : le DG Moustapha GOMEZ s’est barré avec 100.000000 FCFA » file ‘’Le Combat’’ ; « recrutement de 200 agents à l’INPS : les manœuvres obscures du DG Bréhima Noumoussa Diallo » glisse ‘’Le Tjikan’’ ; « l’avion de commandement Ladji Bourama Air Force One revient d’un lifting : le salon relooké avec un fauteuil spécial pour le boos » jure ‘’Le SPHINX’’.

CM DIAWARA

  recipe 'serif';">SYNTHESE DE LA PRESSE DU JOUR

  En ce jour vendredi 08 avril 2016, dernier jour de parution de la semaine des journaux, la presse locale a mis le paquet. Et ce, dans le domaine de révélations, d’enquêtes et de confidences. Tous les trois récents présidents de la République du Mali (GMT, ATT et IBK) ont été mis sur la sellette.

Cependant, le sujet concernant le processus d’identification des abonnés de téléphonie et d’internet a aussi bénéficié d’une communication conséquente dans les journaux. En la matière, le quotidien de l’édition Jamana ‘’Les Echos’’ a ouvert un véritable dossier aux multiples angles, sous le gros titre : « identification des puces téléphoniques : aux dernières heures du 09 avril ».

 


Communiqué du Conseil des Ministres du mercredi 06 avril 2016

Le Conseil des Ministres s'est réuni en session ordinaire, thumb le mercredi 06 avril 2016, visit this site dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba, no rx sous la présidence du Premier ministre, Monsieur Modibo KEÏTA.

Après examen des points inscrits à l'ordre du jour, le Conseil des Ministres a :
- adopté des projets de texte ;
- et entendu des communications.

AU CHAPITRE DES MESURES REGLEMENTAIRES :
AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE :
Sur le rapport du ministre de l’Administration territoriale, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant reconnaissance d’utilité publique de l’Association de Recherche, de Communication et d’Accompagnement à Domicile des Personnes vivant avec le VIH SIDA (ARCAD-SIDA).

L’Association de Recherche, de Communication et d’Accompagnement à Domicile des Personnes vivant avec le VIH SIDA (ARCAD-SIDA) a été créée, le 29 novembre 1994, par un groupe de jeunes médecins et leurs proches infectés par le VIH en vue d’apporter un soutien médical et psychosocial aux malades du SIDA.

Elle a signé, le 29 juillet 2008, un accord-cadre avec le Gouvernement.
Depuis plus de 20 ans, l’ARCAD-SIDA s’est investie aux côtés du Gouvernement dans la lutte conte le VIH et le SIDA.

Elle a réalisé des sites de dépistage et de traitement du VIH-SIDA et mené des activités d’accompagnement psychosocial des personnes vivant avec le VIH SIDA.
Elle remplit aujourd’hui les conditions fixées par la loi du 5 août 2004 relative aux associations pour être reconnue d’utilité publique.

La reconnaissance du caractère d’utilité publique de l’Association de Recherche, de Communication et d’Accompagnement à Domicile des Personnes vivant avec le VIH SIDA renforcera sa position de partenaire stratégique du ministère de la santé pour la lutte contre le VIH-SIDA et l’accès universel aux soins.
Le présent projet de décret est adopté dans ce sens.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE NUMERIQUE ET DE LA COMMUNICATION :
Sur le rapport du ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret fixant les conditions et les procédures d’agrément des équipements de télécommunications, des technologies de l’information et de la communication (TIC).

L’Autorité malienne de Régulation des Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication et des Postes (AMRPT), créée par ordonnance n°2016-014/P-RM du 31 mars 2016, a pour mission notamment de recevoir les déclarations et les demandes d’agrément et de délivrer les récépissés de déclaration et les agréments prévus par la législation relative aux télécommunications et aux TIC.

Le présent projet de décret est adopté en application de cette ordonnance en vue de permettre à l’AMRTP de veiller à la conformité des équipements avec les standards et normes internationaux.

Il fixe les conditions et les procédures de délivrance des agréments en matière de fourniture, d’installation, d’entretien et de commercialisation des équipements terminaux de télécommunications, des technologies de l’information et de la communication.

Il détermine en outre les sanctions applicables en cas de violation des conditions et procédures d’agrément fixées.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’HABITAT ET DE L’URBANISME :
Sur le rapport du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, le Conseil des Ministres a adopté des projets de décret relatifs à l’organisation, aux modalités de fonctionnement et au cadre organique de l’Observatoire National des Villes (ONAV).

L’Observatoire National des Villes est un service rattaché à durée indéterminée créé par l’ordonnance n°2016-004/P-RM du 15 février 2016.
Il a pour mission d’entreprendre des études et des recherches dans le domaine du développement urbain durable et d’assurer la diffusion de leurs résultats en vue d’améliorer la maîtrise de la croissance harmonieuse des villes maliennes.

Les présents projets de décret fixent l’organisation, les modalités de fonctionnement et le cadre organique de l’Observatoire National des Villes.
Ils créent les organes de l’Observatoire National des Villes et déterminent la composition et les modalités de leur fonctionnement.
Ils fixent également les effectifs nécessaires au bon fonctionnement de l’Observatoire National des Villes.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS :
Le Conseil des Ministres a entendu et approuvé la proposition de nomination de Monsieur Bocary TRETA, Directeur de recherche, en qualité d’administrateur représentant l’Etat au sein du Conseil d’Administration de la Banque malienne de Solidarité (BMS-SA).

Bamako, le 06 avril 2016.

Pour le Secrétaire général du Gouvernement et par ordre,
Le Secrétaire général adjoint

Mamadou TRAORE

 

Informations supplémentaires